La fête des morts à Mexico

Le 28/10/2016 : Premier jour au Mexique pour faire des images de la fête des morts avec une première étape à Mexico. Dès le matin je me balade en ville et je ne repère que quelques rares signes sur cette célébration.

J’aperçois un passant qui porte une statuette d’un Saint fixée sur son dos. J’essaie de prendre une image… Sans grands résultats. Un peu plus loin, c’est un couple avec la même figurine qui décline ma demande de faire une photo, sous l´œil d’un passant. Comprenant l´image que je cherche, il s´approche de moi et me propose de me mettre sur le chemin de l’église San Hipolito où sont rassemblés de nombreux fidèles qui viennent honorer le Saint Judas Tadeo. Sur place la foule est nombreuse. Les représentations du Saint sont à profusion et déclinées dans toutes les tailles. Les croyants les ont amenés de chez eux ou achetés sur place pour les faire bénir.

Photos Jean-Claude Martinez Photographe

Autour de l´église, c’est un véritable sanctuaire dans une ville qui plus loin s’affère au quotidien. Les hauts parleurs diffusent les prêches du prêtre qui rappelle régulièrement tous les articles à la vente au profit des bonnes œuvres avec la possibilité d’intercéder auprès du saint et en prime le bonheur au delà.

photos prises par JC Martinez Photographe 2016

Comme dans tous rassemblement, il y a aussi les vendeurs du temple qui rivalisent par la taille des sculptures mais aussi par les objets pieux.

A proximité je vois une file disciplinée de personnes qui attendent une distribution de plats chauds. Je m’approche et questionne Rosario qui offre ces aliments : « J’ai fait une “manda” » me dit-elle, que je traduis comme un vœux. « Le saint Judas a exhaussé mes prières et c’est ma façon de le remercier ». Un peu plus loin c’est une autre personne qui fait la même chose pour que la prochaine intervention chirurgicale se passe bien.

JC Martinez Photographe 2016

Un peu plus tard, je rencontre une jeune fille que j’avais photographié plus tôt dans la journée. Elle s’approche de moi et m’offre un objet artisanal à l’effigie du saint. Je suis toujours touché par ce type de geste. Me voilà en charge d’un présent que je vais pas pouvoir emporter dans mon voyage et que je vais confier à mes amis Rosaura et Claude-Henri à San Luis Potosi.

Je ne suis pas croyant mais je suis sensible aux images pieuses et à la façon dont les hommes témoignent de leur foi. Certaines de ses images vont intégrer un projet d’exposition que je vais intituler “Singulières dévotions”.

JC Martinez

Publicités