Image réalisée en 2017 lors du Pèlerinage du Rocio avec l’Hermandad (confrérie) de Huelva en Andalousie. J’ai effectué ce pèlerinage à sept reprises avec les hermandades de Arcos de la Frontera, de Triana et celle de Huelva. Chacune a ses particularités, son chemin, mais toutes cheminent derrière le « Simpecado », oriflamme qui représente la paroisse. Sur cette image le « Simpecado » est entouré par les pèlerins qui ne le quittent pas et marchant à ses côté avec une dévotion extrème.

Fin 2019 j’ai publié le livre « Chemins vers le Rocío » avec des texes de Francisco José Martínez López livre disponible sur le lien suivant.

http://www.suerte-editions.com/chemins_rocio.html

Texte: Alain Fornells créateur de meubles modestes

Facebook Les Meubles Modestes

L’image photographique est un génie fusant au travers d’une vitre insonore, hors de son flacon complexe en verres optiques. Elle fige le mouvement et pourtant rend l’instant plus surgissant encore.
Ainsi, au travers des images du Rocío, ma vision ignorante est saisie par des apparitions.
Des marcheurs jeunes et vieux relient une culture ancienne à leur présent. Alors elle remonte le temps, ouverte à leur créativité d’aujourd’hui. Les gestes sont simples mais concertés, les rites hérités sont une trame laissant place à l’émotion qui toujours meurt et se toujours se renouvelle.
Savoir presque inconscient, gestes anciens, anciennement appris, alliés à la fraîcheur, à la spontanéité. Nous devinons l’unisson émotionnelle, faite d’espoir, de douleur, de joie. Nous, à distance, en sommes envieux car elle nous est inconnue.

Ces gestes simples auraient pu être nôtres si nous étions nés dans ces lieux: Alors nous les connaîtrions dans nos ossements, dans nos foulées, comme une vibration naturelle montée du sable puis conduite vers nos mains posées sur l’épaule d’un marcheur devant nous ; propagée encore par une douceur sur notre propre épaule où une autre main est posée.
Quel vécu à produit pour nous, ici, dans nos vies, cette disparition de sens ?

Nous avons beaucoup à réparer en recherche et en invention, dans nos ateliers d’artistes, pour en combler le vide.